Codex gigas


1229, un monastère en Bohême.

Un moine fautif.

Un abbé impuissant.

Une peine de mort.

Un pacte avec le diable...


Ce thriller historique et ésotérique vous emmènera au coeur du Moyen-Âge, dans un monastère où l'innocence et le calme ne règnent plus...


EXTRAIT


— Priez pour moi, demande Herman en se prosternant aux pieds de chacun des frères.

— Herman, en vertu de la loi portée par la Règle, il ne te sera plus permis de quitter le monastère à partir de ce jour ni de secouer le joug de cette Règle. Nous te joilons à présent comme notre frère. Sois le bienvenu.

Herman embrasse la chevalière de Vittore en signe de soumission et de gratitude.

Lorsque leurs regards se croisent, Herman réprime un sanglot. Il est sur le point de confesser son crime à cet instant. Ce crime qui le hante depuis des mois. Il a commis l’irréparable et le voilà aujourd’hui béni. Ça n’a pas de sens. La morale de l’Homme est vile.

Il est pris d’un malaise. La tête lui tourne, il faut qu’il s’asseye.

Vittore, qui décèle le trouble, l’accompagne vers le banc. Les moines ne voient rien. Cette familiarité ne fait pas partie du rituel, mais tous connaissent le lien presque paternel qui lie l’abbé au jeune frère.

Vittore libère les moines. La cérémonie est terminée.

Lorsqu’il se retrouve seul avec Herman, il ne peut s’empêcher de lui demander ce qui se passe. Herman laisse s’échapper ses larmes.

— Mon petit, qu’as-tu ?

— Rien, Messire l’Abbé.

— C’est ta célébration qui te met dans cet état ?

Herman se montre hésitant.

S’il dévoile son secret, il signe son arrêt de mort. S’il ment, il mènera une vie confortable.

Finalement, c’est la lâcheté qui l’emporte.